Alexandre Aflalo, promotion 2019 (Eugène Ionesco), journaliste pigiste chez SOFOOT en 2020

“J’ai rejoint Sciences Po Lille exclusivement pour faire le double diplôme avec l’ESJ. Mon rêve était de devenir journaliste, et l’ESJ est l’une des, si ce n’est la, plus réputée des écoles de journalisme. Une fois que j’ai atteint la 3e année, le choix ne s’est donc même pas posé pour moi.”

“Sans doute l’ambiance, le côté familial. L’ESJ est une grande institution mais une structure relativement petite, avec des promotions d’une soixantaine d’élèves. On se connaissait tous et se côtoyait tous quotidiennement, en promo ou en petits groupes, et ça créait une ambiance de vie et de travail agréables. D’autant que les relations avec les profs/intervenants et avec l’administration étaient aussi, en ce qui me concerne, très agréables : des relations entre adultes passionnés par un même métier, et qui se parlent d’égal à égal.”

“On avait assez peu d’enseignements de Sciences Po par rapport au volume de cours de l’ESJ (un jour par semaine en M1, une semaine par semestre en M2). Ils constituaient un apport théorique et complémentaire de notre travail à l’ESJ, mais en aucun cas le coeur même de la formation. En revanche sur un plan personnel et de façon plus générale, Sciences Po Lille m’a permis d’avoir un accès “facilité” au concours (puisque les étudiants de SPL ne passent pas l’écrit de l’ESJ) et les trois premières années ont constitué un bon socle en termes d’expériences et de connaissances qui m’ont indéniablement servi par la suite. Les études à Sciences Po Lille sont des études de qualité, et je suis très content d’avoir pu m’y préparer à l’ESJ.”